Pages Poésie. Littérature . Gravure . Peinture. Photographie. Divers. Bio

jeudi 16 mai 2024

Femmes de pierre

 

Textes de Jacques Poullaouec

Dessins de Jean-Yves André

 « Un objet est mort quand le regard vivant qui se posait sur lui a disparu . » Chris Marker


Chut ! « L’oeil écoute ...  les voix du silence »* 

En ces temps-là, dans le Finistère des XVI ème et XVII ème siècles, la messe se disait en latin . Le peuple bas breton n’y comprenait rien .Alors on lui faisait chanter des cantiques en breton . On lui proposait des images de bois sur les sablières véritables phylactères de bandes dessinées, des taolennous aux figures grimaçantes, des statues de pierre qui ne laissaient pas de pierre, des bois polychromes qui ne laissaient pas de bois les pauvres pécheresses et pécheurs .

À défaut de luxe que le peuple ne connaîtrait jamais, on lui parlait de luxure , péché capital qui menait à l’Enfer . Le corps et surtout celui des femmes était réduit à ses fonctions primaires, voire excrémentielles : le bas ventre pour les bas bretons! Le démon devenait démone ; l’incube abusait de la succube ; Eve se transformait en sirène ou se métamorphosait en serpent . Le panthéon ressemblait plus à un pandémonium. Jérôme Bosch est resté dans ses bois, mais le jardin des délices est venu ici , dans cette fin de terre et ce début d’entre deux mondes . Femmes et hommes s’affichent dans des figures obscènes : sirènes-lèche-cul, pétangueules, anges couillus ou ithyphalliques, sodomites et onanistes … Le Verbe se fait chair . Le Haut est en bas et n’est pas toujours fait pour les culs-bénits . De l’autre côté de la Manche aussi, chez nos frères irlandais, il existe bien des statues de « Scheela na Gig », divinité celte de la fécondité, qui ouvre ses cuisses pour exhiber sa vulve. Comment peut-on enfanter, sinon par les voies naturelles ? Rabelais, lui, faisait naître Gargantua par l’oreille de Gargamelle, sa mère ! Ici au moins, dans ces enclos paroissiaux, l’anatomie et la religion font bon ménage !


Alors aujourd’hui, quand vous vous promenez sous les porches ou autour des calvaires , abandonnez vos perches à selfies, et regardez dans ce livre les dessins de Jean Yves André . Ils zooment sur les femmes de pierre Les voix du silence  sont celles de ces statues de pierre qui vous parlent sans dire un seul mot et c’est votre œil qui écoute cette ballade des dames du temps jadis . Levez la tête vers ces femmes d’en haut qui ne vous regardent pas de haut . Elles vous raconteront l’histoire sainte qui n’est pas toujours une sainte histoire. Regardez ces femmes prises dans la pierre : elles s’exhibent sans être exhibitionnistes . Elles sont parfois obscènes mais restent exemplaires, des « exemplas » aux yeux du clergé de l’époque . La foi passait par la peur, la peur du péché, la peur de l’Enfer. La scatologie au service de l’eschatologie, en somme !L’ Apocalypse pour tous !

Ce livre est donc un véritable jeu de dames . Ces femmes de pierre que Jacques Poullaouec met en scène ne sont pas toutes obscènes . Bien sûr elles ont perdu leurs couleurs mais nous en retrouvons les nôtres : nous en rougissons !La chair n’y est pas toujours triste mais restait dangereuse . Elles vous attendent, elles attendent votre regard pour continuer à vivre. .Toutes ces femmes rassemblées dans ce livre se reposent sur ces reposoirs. Toutes ces femmes surgies de la pierre, une pluie d’étoiles allume leurs yeux Elles sont là depuis trois siècles ; elles ont vu beaucoup de monde entrer et sortir des églises . Elles ont beaucoup à vous dire sans mot dire, sans vous maudire . Ouvrez bien les yeux, ce sont nos femmes, nos mères, nos filles, nos sœurs … par delà les siècles .


Jacques Poullaouec


* Qu’on accepte, ici, l’alliance des titres de deux ouvrages : « L’œil écoute » de Paul Claudel et « Les voix du silence » d’André Malraux.

 

N.B. Parution du livre fin Mai 2024 . Éditions Géorama 


dimanche 21 avril 2024

CHEMINER


 Lumière noire

 cœur rouge feu

 saigné à blanc


                                                                                   "Il est trois choses qui me dépassent

                                                                                     et quatre que je ne connais pas :

                                                                                     le chemin de l'aigle dans les cieux

                                                                                     le chemin du serpent sur le rocher

                                                                                     le chemin du vaisseau en haute mer

                                                                                     le chemin de l'homme chez la jeune femme ."


                                                                                                                       Proverbes numériques

                                                                                                                        Livre des proverbes / Bible

 

Double labyrinthe ...kafkaïen

                                                1 Celui du ver de terre dans la terre

                                                2 Celui de la terre dans le ver de terre                  

mardi 12 mars 2024

HAÏKU de VENT

 

J'ai ouvert la fenêtre

qui a ouvert mon carnet

un haïku s'est envolé                                                                                        Peu de mots

                                                                                                                         beaucoup de vent

                                                                                                                         mon haïku s'est envolé

 

Faudrait écrire plus lourd

ma plume n'a pas de poids

insoutenable légèreté des lettres

 

 

 

 

chaque lettre

goutte de rosée

sur cette page étoilée

                                                                                                                        

                                                                                                                        
                                                                                                                        Deux versets qui jouent

                                                                                                                         à touche-touche

                                                                                                                         le troisième en rit encore

 

aucun mot ne vient

sur la page

seules quelques gouttes de pluie

 

                                                                                                                        poser ses pattes

                                                                                                                        sur ses propres pattes

                                                                                                                        araignée sur l'eau


                                                                                                                        

                                                                                                collier de perles

                                                                                                goutte que goutte

                                                                                                l'araignée tisse sa toile

                                                                                                      

               

                                                                                                                      




Bizarre Pissarre PISSARRO


 

 On peut pas se voir en peinture

Je me suis vu dans ce tableau

autoportrait de Pissarro

 

 

 

 

                                                                                                           Certains me reconnaîtront

                                                                                                           dans cette gravure 

                                                                                                           du même Pissarro.


 


jeudi 11 mai 2023

MISSIONS IMPOSSIBLES

Dessin de Topor .

 

MISSIONS IMPOSSIBLES

 1/ L'homme qui s'était coupé les ongles et voulait recoller les morceaux.

2/ L'homme qui avait perdu son ombre et ne savait plus où il avait mis le soleil .

3/ L'homme qui avait perdu la mémoire mais voulait vivre dans ses souvenirs.

4/ L'homme, saoul perdu, porté disparu, qui a pris part à une battue lancée pour le retrouver .

   (histoire véridique , rapportée par Ouest France du 3/10/21 ; ça s'est passé en Turquie .)

5/ L'homme qui voulait cueillir une à une les perles de rosée ou les puces de son chat.

 

 

 

                                  Liminal / Pierre Huyghe



 

vendredi 10 février 2023

Lambert SCHELCHTER . 24 proseries . Le Murmure du monde

Belle découverte de ce début d'année 2023, celle d'une écriture et d'un écrivain luxembourgeois né en 1941qui est l'auteur depuis 2006  d'une série de 24 proseries réunies sous le titre "Le murmure du monde". Je suis en train d'en lire la dixième, intitulée "DANUBIENNEMENT" / éditions "L'arbre à paroles".



 

 

« 86.

Menus faits & gestes que je note consciencieusement jour après jour dans un cahier spécial, je me dis que c’est inutile que je les note, ça n’a aucun sens que je les note, ça ne mène à rien que je les note, c’est des événements dans la vie si menus si minuscules si dérisoires que c’est pas des événements et ainsi les journées passent, jour après jour, sans que rien n’arrive, rien de mémorable, littéralement rien de notable, et pourtant, me dis-je, les Des Forêts et les Tu Fu ont fait ça aussi, va savoir ce qui les a pris de faire ça, puis je me dis que moi, chez eux, j’apprécie qu’ils aient fait ça, noter le pas notable, il n’y a rien de notable quand il fait ciel bleu, et ils notent qu’il fait ciel bleu, qu’il fait ciel gris, noter qu’à midi la sirène a retenti, qu’un tracteur est passé avec une remorque où s’entassent des récipients pour les grappes vendangées, et Tu Fu fait une allusion à la réalité de son trépas, et aussi laisser le membre s’ériger, et savourer ça, et le manuéliser jusqu’à la jouissance, comme s’il y avait là un rapport avec la réalité du trépas, et ainsi jour après jour noter les notes du jour sans que cela ne mène à rien, c’est juste des menus moments de résistance, élémentaire & légitime plaisir d’exister. »

 

Lambert Schlechter

Une mite sous la semelle du Titien – le Murmure du monde 7

Tinbad, 2018


        Le soliloque n'est pas une maladie, mais une façon d'écrire , de se parler en s'adressant à la page blanche . La remplir peu à peu du flot ininterrompu de notes, de réflexions, d'observations du quotidien, de pensées qui coulent comme le Danube dans ce DANUBIENNEMENT. Ce courant continu, Lambert Schlechter le nomme "proseries", joli mot-valise à la fois prose et poésie, mais aussi causeries sur la vie qui passe mais dont il sait capter à la fois les ennuis liés à l'âge, sans pathos mais aussi avec humour . Lucidité empreinte de philosophie taoïste devant la permanente impermanence, le DEFINITIVEMENT PROVISOIRE .Tout texte, l'étymologie latine le dit bien, est un tissu : chaque proserie de Lambert Schlechter est constituée d'une seule phrase-paragraphe de plusieurs pages, qu'on peut lire sans s'essouffler . Chaque texte est cousu d'un fil blanc qui reste apparent, un "entretressement"qui permet de passer d'ici à l'ailleurs, du jadis au naguère, du trivial au philosophique . C'est un flux de conscience qui s'attache à retranscrire le "murmure du monde" comme il va , sens dessous dessus, une pensée qui se cherche et s'essaye, à la manière de Montaigne . Son écriture est sismographique : évoquer avec pudeur les séismes personnels que sont la disparition de son épouse à l'âge de 38 ans et la perte de sa bibliothèque dans l'incendie de sa maison, s'évader dans des considérations amusantes sur des pratiques sexuelles trouvées dans les estampes japonaises d'Utamaro ... faire entendre "le bruit de la neige fondue tomber sur les bambous d'un jardin...bruit qui ressemble à celui des vers à soie dévorant des feuilles, ou à celui, quand la marée descend, des crabes marchant sur le sable le matin..." et la phrase se poursuit ainsi comme cette marche des crabes , latéralement . Et votre lecture avance , elle aussi   à la manière de ces crabes , en suivant la laisse des mots .


jeudi 9 février 2023

APPRIVOISER LES PIERRES


 

Oublier

s’oublier

oublier tout

ne plus penser

oublieux de toi-même

pour te trouver sans l’avoir cherché

disponible devant l’inutile tâche indispensable


chercher des galets trouver tes gestes

te revoir enfant sur une plage

avec un château à bâtir

un royaume à construire

ne plus sentir le poids du galet

plus de gravité, tu vas atteindre ton centre de légèreté

tu vas devenir ce petit caillou qui doit supporter ce gros galet

tu ne dois pas sentir sur toi le poids du monde


et les pierres immuables et muettes

se mettent à bouger et à te parler

de magma et de laves

elles t’apprennent la patience venue des profondeurs

tu dois apprivoiser les pierres

les caresser

les élever sur ton autel

la petite soutiendra la grande

le Vide deviendra le Plein

« la forme n’est que Vide

le Vide n’est que forme »

entre les pierres tu essaieras de loger le soleil

et d’abriter tes rêves


idéogrammes de pierres

calligraphie sur papier-ciel

tu as atteint l’équilibre du monde

tu n’attends plus que le coucher du soleil


demain peut-être une vague viendra

qui tout emportera

le galet gardera le souvenir de l’eau

                                            gardera-t-il la trace de ta main ?                                                  

 

 Jacques Poullaouec

                                                                          "Haïkus de l'équilibre" Éditions Géorama Févier 2023