Pages Poésie. Littérature . Gravure . Peinture. Photographie. Divers. Bio

samedi 24 novembre 2018

Les poètes de 7 ans ,...8,9,10,11 ans



Préface

Juin 2018 . Les cahiers n'étaient pas encore au feu et les maîtresses , Sandrine et Isabelle , étaient encore au milieu...d'une cinquantaine d'enfants de l'école primaire de La Touline d'Arradon , accompagnées de 2 invités Olivier et Jacques . Et tout ce petit monde-là s'est mis en tête d'écrire pendant 3 jours les 3 vers du plus petit poème du monde : le haïku . Il n'y a rien de plus long que de vouloir faire court !

Juin 2018 . Le printemps était là . Le printemps est toujours dans la tête des enfants . Il y a des idées qui germent dans leurs têtes, il y a des fleurs et des plantes qui poussent dans la cour de récréation et son jardin-potager. Comment faire entrer ces deux mondes dans ce si petit poème ? Les enfants n'ont pas besoin de mode d'emploi . Il leur suffit de se promener tout simplement avec leurs 5 sens ...parfois sens dessus dessous .
Regarder le monde au plus près ; être attentif au détail, au je-ne-sais-quoi , au presque-rien , à un "papillon vert qui se perd en couleurs dans le ciel", à « une fourmi qui tranquillement traverse mon ombre ».
Écouter le monde , l'oreille aux aguets pour entendre tombe « une écorce qui parle dans le vent et dans l'eau » ou « un ballon rempli d'eau éclater de rire ».
Goûter le monde, devenir « la langue d'un chat qui rape la mousse au chocolat », comparer "le goût sucré de l'été au goût amer de l'hiver" .
Sentir le monde même si on a « le nez bouché par la vanille et l'herbe qui flottent dans le vent »,
Toucher le monde et « avoir froid comme l'herbe sous la neige ».

Il n'y a rien à comprendre, il y a tout à saisir, surtout si c'est fragile, fugitif, éphémère ! S'asseoir là sur l'herbe fraîche de la cour de re-création , être poreux au monde, à tout et au rien! Rire mais aussi parfois « pleurer sans larmes ». Les haïkus passent dans les têtes des enfants et se posent sur leurs cahiers .
« Je vois la lune
le haïku monte au ciel
j'écris . »

Quand on est petit, on a hâte de devenir grand.
Quand on est grand, on voudrait redevenir petit, comme Picasso qui avait mis toute une vie à peindre comme un enfant , lui qui avait commencé à dessiner des colombes comme un adulte ! Les enfants de la Touline n'ont pas du tout cherché à écrire comme les grands . Bien au contraire , pendant ces 3 jours passés à écrire 3 vers, ils ont tout simplement laissé sortir sur leur papier leur fraîcheur naturelle.
Ils en ont fait leur moisson et leur récolte est là, dans ce petit livre de grands poèmes . L'infiniment grand dans l'infiniment petit .

Jacques Poullaouec .







image: https://www.letelegramme.fr/images/2018/11/20/sandrine-morice-directrice-et-enseignante-de-l-ecole-la_4279004_508x330p.jpg?v=1
Sandrine Morice, directrice et enseignante de l’école La Touline, avec une partie de ses élèves, fiers de leur production.
Sandrine Morice, directrice et enseignante de l’école La Touline, avec une partie de ses élèves, fiers de leur production.

Pendant trois jours, au printemps dernier, Jacques Poullaouec a initié à l’art poétique japonais les élèves des classes élémentaires de l’école La Touline, à Arradon. L’ancien professeur de lettres leur a notamment appris l’histoire et les recettes du plus petit poème du monde : le haïku. Celui-ci, extrêmement concis, use parfois de l’humour pour suggérer un sentiment. Il évoque en général un paysage ou un état d’âme.
Les écoliers ont dû utiliser leurs cinq sens : observer la nature, puis retranscrire, tout en émotions, leur ressenti. Un travail d’écriture et d’illustration pour chacun d’eux.
Devant ces bijoux de poésie, plein de sensibilité et de tendresse, le comité des fêtes du Moustoir a souhaité concevoir et éditer un recueil de ces poèmes.
Samedi soir, le livre « Haïku de La Touline » a été offert aux 47 enfants auteurs et poètes en herbe. Un livre vendu au prix de 10 €, disponible à l’école La Touline ou encore par le biais du comité des fêtes.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/morbihan/arradon/la-touline-les-eleves-publient-leur-recueil-de-haikus-20-11-2018-12139242.php#L9r8GPhPKCtUzFQA.99


lundi 13 août 2018

"...rater encore. Rater mieux" Je ne sais quoi et presque rien

Expo 3 août / 25 Août 2018 / Galerie "Les Bigotes" Vannes .



           




           J'ai choisi de montrer des gravures, au format réduit (30X30) et carré . Ces travaux sont pour la plupart présentés en triptyques qui , dans mon esprit, renvoient aux 3 vers du haïku . Par ailleurs, ces gravures représentent des fragments de paysages intérieurs , des "mindscapes" . Sur un plan technique , le papier choisi est un velin indien aux bords frangés ; il est à la fois très souple et très résistant . Encadrées dans une caisse américaine avec un espace entre le fond et la vitre, les gravures paraissent flotter et jouer avec les ombres portées . Le polyptyque de 4 gravures aux couleurs primaires vives sont mes derniers travaux: il s'agit de 4 fragments d'une croix avec des contre-collés . 












                                                                    Less is more



                                                                  Presque rien





                                                 Presque tout                     Quelque chose noir




                                                                   Que sais-je ?



                                                         Minime minimum imminimisable 


Presque rien, un tableau réussi tient à presque rien.

La formule est courte et forcement réductrice, mais le reconnaître, c’est aller au cœur de la peinture. Une couche de médium pigmenté sur une surface sans relief particulier. Le sujet est sans importance, Eugène Delacroix disait déjà que la peinture pouvait se passer de sujet et quand sujet il y a, seule la manière de le traiter est importante.

Un tableau réussi est un mystère, comme la vie même ; pas d’équation ni de recette secrète ne concourt à sa fabrication et pourtant, une savante alchimie est à l’œuvre qui résulte de l’histoire du peintre et de sa manière d’être au monde.

Presque rien, ça peut être une petite surface jaune vibrante dans un grand tableau (le petit pan de mur jaune de la vue de Delft de Vermeer) ou trois petites taches vibrantes qui se répondent dans un grand Pollock, ça peut être un trait enfantin ou maladroit dans un Dilasser qui va nous toucher sans que l’on sache pourquoi. Deux couleurs qui se parlent ou s’insultent peuvent suffire à la réussite d’un tableau tout comme une « touche » expressive nous fera « entendre » le peintre mieux que s’il nous parlait directement.

Souvent, le tableau est raté. Un tableau raté se reconnaît rapidement par une petite musique absente, le peintre n’est pas là, tout comme la concierge est dans l’escalier, il n’est pas loin, mais pas là.
Presque rien, un tableau raté tient à presque rien.



"N'importe. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux."
S. Beckett

Pierre Converset

samedi 31 mars 2018

JE NE SAIS QUOI et PRESQUE RIEN

En avant première , un article sur une exposition commune de peintures de Pierre CONVERSET et de gravures de Jacques POULLAOUEC qui se tiendra à la Galerie "Les BIGOTES" à VANNES du 3 au 26 Août 2018 .


                                                    "Je ne sais quoi et Presque rien"


Voilà un titre et modeste et ambitieux, directement emprunté au philosophe Vladimir Jankelevitch.

                                             Gravure et contrecollé de Jacques Poullaouec




                                              Peinture à l'encaustique de Pierre Converset





Je ne sais quoi et presque rien




«  Pour toute la beauté
jamais je ne me perdrai
sinon pour un je ne sais quoi
qui s'atteint d'aventure. »

Jean de la Croix




Parfois on ne trouve pas ce qu'on cherche mais on trouve ce qu'on n'a pas cherché et qui nous arrive d'aventure. Sérendipité !
L'artiste est toujours en avant de soi ; sa main précède son esprit qui, comme l'aveugle, marche, avance progressivement, à tâtons. Il invente son parcours, sans en connaître le but. Il faut donc se lancer à l'assaut de l'imprévu, comme le bateau qui affronte la vague.
Se laisser dériver sur ses lignes d'erre ; pas de message, pas de figuration, mais un rapport de clair et d'obscur. On peut dire comment on navigue sur le papier ou sur la toile, on ne peut dire le pourquoi. Sur l'espace ouvert par la main, au départ c'est « presque rien » et à l'arrivée c'est un « je ne sais quoi ». Ce n'est pas aveu d'ignorance, bien au contraire, c'est la recherche délibérée de « l'inconnu, pour trouver du nouveau » (derniers mots des Fleurs du Mal de Baudelaire)
Exprimer l'inexprimable, l'entre-deux, la zone de brouillard, de brouillage, de fading, d'embrouillement. Cette aventure est quelque chose d'indéfini, d'indéfinissable ; quelque chose qui ne s'apprend pas ; c'est le faire qui importe, le « poïeïn » de l'étymologie grecque du mot « Poésie ».
Le titre que nous avons choisi pour cette exposition est à la fois modeste et ambitieux. Nous l'avons emprunté à Vladimir Jankélévitch qui dit du « presque rien » : « Je ne sais ce qu'il est, mais il n'est pas « je ne sais quoi » ; je ne sais ce qu'il est, mais il est à coup sûr quelque chose ». La main du peintre et celle du graveur ont une mémoire qui remonte dans leurs gestes, sans qu'ils l'aient préméditée ; c'est une anamnèse, une réminiscence, « une trace qui ne laisse pas de traces. Elle n'a pas le poids du souvenir, elle est plutôt la touche fugitive qui nous effleure, souvent même à notre insu … À la fois il en reste quelque chose et il n'en reste rien ».

Pierre Converset
Jacques Poullaouec.




jeudi 4 janvier 2018

A chaque jour suffit sa joie .


En 2018 je vais me raser et j'y penserai .

" A chaque jour suffit sa joie "

"Faites moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez, mon cul vous contemple ...et il ne faut s'en ficher que lorsqu'on vous le dit en face ."
Flaubert / Correspondance / 28/29 juin 1853

vendredi 15 septembre 2017

Les ombres du silence ....Nulla dies sine linea 7

L'ombre n'est pas sans lumière
Elle l'a avalée 
en silence .

                                                  Mur nu
                                                  tapi dans l'ombre
                                                  le silence mange la lumière. 


                                                  Jac P.


Gravure de J Poullaouec


"Le premier des souhaits devrait être : si j'étais un homme, que ce soit un rêve . (You Hui'an).J'ajouterai : si j'étais un rêve, je serais l'ombre de ce rêve. (You Huizhu )"

Zhang Chao 
"L'ombre d'un rêve."


gravure de J Poullaouec



"L'ombre est une couleur comme la lumière,mais elle est moins brillante, lumière et ombre ne sont qu'un rapport de deux tons.(...) La lumière et l'ombre sont un rapport de couleurs, les deux accidents principaux diffèrent non par leur intensité générale mais par leur sonorité propre ."

Paul  Cézanne .




jeudi 14 septembre 2017

Le Silence des Ombres...nulla dies sine linea 6




Le silence des ombres 
dans le tableau
dans ces zones oubliées 
par la lumière .......................................................................Si j'étais dans la caverne
                                                                                                je peindrais l'ombre

                                                                                               
 "Sois à toi-même ta propre lumière"
    et tu maîtriseras ton ombre .
                                                                                                 


Je vous propose des ombres immenses et fraîches
dans des espaces minimes
quelque part dans un coin 
de tableau .